Édition de l’œuvre poétique de Bernard Hulin

J’ai fourni une introduction de présentation à l’ouvrage « Œuvre poétique de Bernard Hulin », un recueil des œuvres de Bernard Hulin (1939-1989). Cet ouvrage aborde des thèmes importants pour les poètes des années 1960 à 1980 : les éléments naturels, l’enfance perdue, l’amour. Son écriture sensible et graphique partage son appréhension du monde. Il témoigne d’un point de vue à la fois humaniste, tragique et tendre.

Le recueil s’accompagne d’un texte de présentation du poète et de son œuvre. Cette présentation a été écrite par Thibaud Hulin : « un poète français au XXe siècle ».

« La poésie trace des hommes, signe de leur passage sur terre ». 

« La poésie ne permet pas de tricher.

La poésie met à nu.La poésie met à bien.

La poésie et la beauté sont à conquérir, mais l’innocence est à jamais perdue ». 

« En poésie, le voyage est court : de la naissance à la mort, en traversant l’enfance.

Au fil d’un poème se bâtissent les chemins qui mènent à la vie ».

Extraits de « Œuvre poétique de Bernard Hulin »

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

La poésie de Bernard Hulin comme respiration

Pourquoi lire et publier aujourd’hui l’œuvre d’un poète du XXe siècle qui n’a effectué qu’une seule tentative de son vivant ? Être le fils de Bernard Hulin est-il une raison suffisante ?

Sans doute oui pour ceux qui l’ont connu ; et non pour la lectrice ou le lecteur qui vient ici découvrir une nouvelle expérience poétique. Aussi, pour convaincre ces derniers de l’importance majeure de cette lecture, nous commencerons par interroger les motivations de l’écrivain. Quelles sont-elles : est-ce pour l’amour de soi, ou pour l’amour de l’art ?

Sans doute un poète sincère ne publie-t-il pas dans le seul but de faire son auto-promotion. Mais à l’inverse, publier dans le pur désintéressement de l’art est sans doute une trop belle idée pour ne pas occulter d’autres motifs. Dans le cas de Bernard, la motivation véritable n’est pas toujours explicite. Il revient donc aux lecteurs de se faire un avis, afin de mieux comprendre l’œuvre et ses finalités. En effet, c’est une idée répandue qu’écrire c’est partager sa subjectivité, une part de soi. La vie de l’auteur vient éclairer l’œuvre et explique comment, pour lui, la littérature est une activité vitale. Bernard Hulin nous livre ainsi ce qu’est que la littérature selon lui :

Ne pas considérer la littérature comme un moyen ou comme une fin, mais comme une respiration.

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *